L’espoir : de la résignation à la transformation (1)

Le texte de l’épisode

Pour accompagner et prolonger votre écoute, vous pouvez télécharger et imprimer le texte de cet épisode n°7 (saison 2), soigneusement mis en page par Hélène Francqueville.

Citations complémentaires sur l’espoir :

Descartes, Les passions de l’âme

Article 58. L’espérance, la crainte, la jalousie, la sécurité et le désespoir.

Il suffit de penser que l’acquisition d’un bien ou la fuite d’un mal est possible pour être incité à la désirer. Mais quand on considère, outre cela, s’il y a beaucoup ou peu d’apparence qu’on obtienne ce qu’on désire, ce qui nous représente qu’il y en a beaucoup excite en nous l’espérance, et ce qui nous représente qu’il y en a peu excite la crainte, dont la jalousie est une espèce. Lorsque l’espérance est extrême, elle change de nature et se nomme sécurité ou assurance, comme au contraire l’extrême crainte devient désespoir.

Spinoza, Éthique (partie III, prop. XVIII, scolie II)

L’espoir n’est rien d’autre qu’une joie inconstante née de l’image d’une chose future ou passée dont l’issue est tenue pour douteuse.

Hobbes, Léviathan

L’appétit joint à l’opinion qu’on atteindra son objet est appelé espoir.

Ces trois citations soulignent une caractéristique de l’espoir : il combine le désir et l’idée que la satisfaction de ce désir est probable, mais incertaine. Dans cette approche traditionnelle, l’attention critique est portée vers le lien entre une représentation de l’avenir (inévitablement douteuse) et notre sensibilité désirante. L’espoir prend place ici dans une étude anthropologique et éthique des affects ou passions.

Il en va autrement si nous considérons l’espoir non seulement comme une disposition affective mais comme un élément fondamental de l’action, a fortiori de l’action de résistance et de transformation sociale et politique. Nous le verrons dans le prochain épisode, en considérant notamment la nécessité de l’espoir utopique. Ce qui nous fait agir en vue de notre émancipation comporte une part nécessairement importante d’espoir. Plus l’adversité est grande, plus l’espoir de parvenir à nos fins conditionne notre capacité d’agir. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Newsletter