Note sur un paradoxe de la « sagesse » patriarcale

C’est tout de même surprenant (incohérent ? irrationnel ?) que l’on ait défini la sagesse par la connaissance de ce qui rend heureux / joyeux et qu’on l’ait assignée à la classe d’individus la plus éloignée du soin des vies.

Corollaire : On gagnerait à se méfier davantage de ceux qui se disent sages et vivent tranquillement.

Corollaire 2 : On a donc confié le soin de la vie à celles que l’on jugent moins raisonnables ? Irrationalité du patriarcat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Restons en contact !

Pour rester informé.e de ce qui se passe ici