Chorégraphier de la pensée brute #1

J’y pensais depuis quelques temps… C’est même un des 2 axes du séminaire de Simone qui commence le 10 février 2020 : explorer une méthode d’inventivité philosophique qui, en repartant des expériences singulières et émotionnelles (donc contradictoires) de chacun·e, permette de penser sans rejouer les normes de la domination intellectuelle. Penser philosophiquement, en acte, c’est-à-dire sans chercher à avoir raison, ni se justifier, ni expliquer, ni dominer, ni répéter. Sans trahir ni aplatir ce que nous vivons. Penser sans nier l’incertitude de ce qui nous donne à penser.

8 penseurs volontaires se sont prêtés à un premier exercice, lors de l’Agile Open France.

La consigne : durant 20 mn, écrire les émotions contradictoires et formuler l’étonnement qu’elles suscitent à partir d’un mot-clé : « MERCI ». En recourant aux images et aux associations d’idées, et en lâchant tout ce qu’on pense « savoir » ou « devoir savoir ».

À l’issue de ces 20 mn, je collectais cette matière brute, à savoir les mots écrits « au brouillon » par chacun, puis prenais 2h pour composer un texte à partir de ce que j’y prélevais. Le résultat ci-dessous ne comporte qu’une dizaine de mots ajoutés à ceux des participants. En revanche, tout a été coupé et déplacé pour donner cette proposition chorégraphique de mots.

L’inspiration de cet exercice : appliquer à la pensée des exercices de Pina Bausch. À partir de mots-clés ou de questions ouvertes qu’elle posait à ses danseuses et danseurs, elle prélevait dans leurs propositions les gestes qui la touchaient pour les chorégraphier dans un ensemble inattendu, qui exprime la réalité humaine.

Crédit photo : Bernard Notarianni

Voici le texte composé en un temps très limité, en audio et en pdf.

Au lieu de recourir au procédé artificiel de la problématisation, les participants ont touché comme de l’intérieur ce qui fait le nerf d’un problème philosophique : sa part existentielle d’impossible et d’insoluble. L’implication et les retours des participants m’ont beaucoup touchée. À suivre.

2 réponses à “Chorégraphier de la pensée brute #1

  1. Très beau texte. Une chorégraphie philosophique, je n’aurais envisagé ni l’expression, ni le passage à l’acte. Mais, oui, ça marche. Dans un sens, avec du sens, sans sens, sensé, insensé, joyeux et triste à la fois. Que dire d’autre… Merci pour ça… pour l’idée, pour le partage… Merci aux pensées, aux mouvements, aux mots, au monde… Oui, merci…

    1. C’est une grande joie de s’efforcer de repousser les étouffoirs de la pensée et de le faire collectivement ! Merci à toi pour ta réponse sensible et pour ta confiance en cette nouvelle année du séminaire qui commence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×

Je souhaite être informé.e des prochaines publications de Simone