Prendre soin de soi. Perspectives philosophiques – 14 oct. 2019

Tel sera le sujet de notre séance de lundi 14 octobre 2019.

Pourquoi cette thématique?

À la fin de notre dernière séance (11 septembre), consacrée à la servitude volontaire (La Boétie) et au piège des satisfactions immédiates et compensatrices – celles dont l’instrumentalisation vise à stimuler le désir de s’asservir – nous avions débouché sur la nécessité émancipatrice de « prendre soin ». Prendre soin concrètement de son besoin de penser (c’était le fil de ma conclusion, notamment dans une perspective féministe) et prendre soin de soi (c’était l’une de vos propositions de sources de joie réellement émancipatrices) semblent indispensables pour pouvoir résister aux dispositifs de domination.

Or, « prendre soin de soi » est devenu dans notre culture contemporaine un slogan, destiné à une « cible » très large puisque, comme l’ont montré les sociologues, tout particulièrement Luc Boltanski et Eve Chiapello, la rhétorique du bien-être a acquis une fonction essentielle dans « Le nouvel esprit du capitalisme » (je vous en parlerai!). En dehors du monde managérial, l’injonction à prendre soin de soi couvre presque toutes les sollicitations publicitaires, tout particulièrement celles destinées aux femmes. Un imaginaire publicitaire et médiatique s’est constitué pour soutenir une marchandisation protéiforme et consolatrice du « soin de soi », et le phantasme d’un bien-être accessible à quiconque voudra bien s’en donner les moyens, indépendamment des contraintes exercées par le système socio-économique.

Alors si le souci de prendre soin de soi est bien la condition sine qua non de toute vie émancipée, et si ce même souci fait l’objet d’une appropriation capitaliste aliénante, il me semble important, notamment dans une perspective féministe, d’allier l’exigence critique – qui déconstruit et resitue ce qui fait obstacle à la liberté – et l’exigence créatrice – qui explore d’autres voies réparatrices et émancipatrices.

Qu’est-ce que prendre soin de soi ? Comme telle, la question est éminemment philosophique. La philosophie s’est définie dès l’Antiquité par son souci pratique et thérapeutique. Philosopher, c’est précisément se préoccuper de soi, s’examiner, prendre soin de sa vie, de son âme, de son rapport aux autres et au monde.

Comme nous n’aurons que 4h, je vous proposerai une sélection personnelle et non exhaustive des philosophies qui m’ont le plus apporté sur ce sujet.

Pour s’immerger en douceur dans cette problématique:

Vous pouvez:

Infos pratiques

Le séminaire se déroule ce lundi 14/10 de 14h à 18h chez /ut7.

Vous pouvez manger votre pique-nique sur place un peu avant si vous le souhaitez.

Pour participer si vous n’êtes pas déjà inscrit·e, je vous invite à cliquer ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×

Réflexions, textes et lectures en cours de Simone