5. Faire des choses pour elles-mêmes

« Nous appelons homme libre celui qui est à lui-même sa propre fin » (Aristote).

Ne courons-nous pas le plus souvent d’un moyen à un autre moyen en vue d’une fin toujours retardée et incertaine ?

Si tu te concentrais sur tes actions – en les recherchant pour elles-mêmes –

et non sur la considération de ce qu’elles sont censées t’apporter,

qu’est-ce qui changerait dans ta manière de vivre ?

 

 

En prenant 10 minutes pour évoquer ces questions avec vous-même ou avec vos ami·e·s, vous ne parlerez plus de votre manque de temps de la même façon.

Pour aller plus loin:

Cet article s’inscrit dans une rubrique contenant 14 pensées sur l’une des préoccupations principales de chacun·e: le temps. Il s’agit par là de susciter un questionnement – individuel et collectif – sur notre rapport au temps et de résister à la culture de l’urgence et à la dépossession souvent ressentie à l’égard du temps présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Abonnez-vous à la newsletter
Recevez dans votre boîte mail des nouvelles de Simone !