Le 19/10, le 2ème salon-philo portera sur une problématique centrale (encore une!): Qu’est-ce qui nous rend libres? Nous nous retrouverons à nouveau à 18h30, au Lab’orthographe (Marcq-en-Baroeul).

Une réponse à “

  1. Je pense que nous ne sommes pas libres et que par conséquent nous n’avons pas les moyens de nous rendre libres. Tout au plus le philosophe peut-il tenter de devenir un borgne au royaume des aveugles en s’efforçant d’élever son niveau de conscience et de vigilance à partir de l’observation de sa propre conscience et de ce qui l’entrave. J’aime beaucoup le Traité pour une réforme de l’entendement de Spinoza. Il y décrit bien cette nécessité de se libérer des diverses imprégnations qui nous formatent et nous emprisonnent.
    Ainsi, à l’idéal, la seule chose qui nous permettrait de tendre, infiniment laborieusement, vers la liberté, sans y accéder jamais totalement, malheureusement, serait d’identifier, d’abord, de reconnaitre ensuite, et d’assumer enfin, nos chères limites.
    Bien amicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×

Pour recevoir les prochaines newsletters philo de Simone :